L’exposition au bruit : un enjeu majeur de santé au travail

1 000 cas de reconnaissance de surdité professionnelle par an en France.

Depuis 30 ans, ce chiffre ne diminue pas malgré les textes réglementaires en place,

le coût d’une telle reconnaissance pour l’employeur,

le handicap pour le travailleur et les progrès de l’acoustique.

 

Retour sur la réglementation

L’exposition au bruit est évaluée selon deux critères :

- l’exposition moyenne quotidienne, sur 8 heures, ou dB(A) ; 

- l’exposition instantanée aux bruits très courts (niveau de crête) ou dB(C).

À partir de 80 dB(A) ou 135 dB(C), l’employeur doit mettre à la disposition des travailleurs des protections auditives, les informer sur les risques et leur proposer un examen auditif.

À partir de 85 dB(A) ou 137 dB(C), le port de protecteur est obligatoire et doit être contrôlé, des examens auditifs doivent être effectués, une signalétique et un programme de réduction de bruit doivent être mis en place.

Le seuil de 87 dB(A) ou 140 dB(C) ne doit jamais être dépassé. Il est impératif d’adopter immédiatement des mesures de réduction du bruit.

 

Source : Faceaurisque.com Martine Porez